Call: 1 888 207-6666 #2107

Une discussion difficile mais nécessaire !

Juil 19, 2016 (0) comment , ,

Il y a quelques années, j’ai assisté à de nombreuses conférences à propos des Soins de Longue Durée.

Toutefois, celle qui m’a le plus marqué fut celle d’une femme, Patty Randall, qui, après avoir été aidant naturel pendant près de 10 ans pour ses deux parents, a décidé de partager son expérience, qu’elle qualifie de « montagne russe émotionnelle » et de « tsunami financier » afin d’éveiller ses compatriotes canadiens au besoin de planifier les « années de soins » (the « care years »).

Une personne sur 4 âgée de 65 à 74 ans et 4 personnes sur 5 de plus de 85 ans subiront une perte d’autonomie et dans 90% des cas, les aidants naturels seront des membres de la famille.

Des statistiques qui devraient nous inquiéter !

La part des canadiens âgés de 65 ans et plus augmente et le nombre d’aînés de plus de 85 ans croît encore plus rapidement. Cette tendance entraînera une hausse fulgurante de la demande de soins continus puisque le nombre d’aînés ayant besoin d’aide devrait bondir de 71% d’ici 10 ans. Les coûts des soins pour les aînés pourraient être multipliés par 6 d’ici 30 ans !

Malgré ces statistiques, malgré que les médias relatent fréquemment des histoires abracadabrantes sur la qualité de vie des résidents dans certains centres suite aux nombreuses coupures budgétaires, très peu de gens possèdent une couverture d’assurance de Soins de Longue Durée. En effet, selon un sondage tenu par la firme Léger pour le compte de l’Association Canadienne des Compagnies d’Assurance de Personnes (l’ACCAP), près de 75% des canadiens reconnaissent n’avoir aucun plan financier pour subvenir aux dépenses supplémentaires nécessaires en cas de perte d’autonomie.

Nos gouvernements pourront-ils subvenir à cette forte demande ?

Poser la question c’est y répondre. Vue la part déjà importante du budget gouvernemental attribuée à la santé, il serait étonnant qu’elle puisse encore augmenter.

Il y aurait présentement 1 canadien sur 4 qui agit à titre d’aidant naturel. La majorité des gens souhaite rester le plus longtemps possible à la maison. Par contre, le maintien à domicile exerce des pressions sur la famille ou les amis. Dans le cadre de votre pratique médicale, certains d’entre vous recevez des patients en perte d’autonomie et probablement leurs conjoints ou enfants épuisés ou découragés par le manque de ressource, faute d’argent.

Pas une solution miracle mais …

Détenir une Assurance Soins de Longue Durée ne pourra régler tous les problèmes mais elle procure une certaine liberté lorsque survient une perte d’autonomie, elle offre des possibilités moins restreintes sur le lieu d’hébergement, un service d’Assistance bien utile pour coordonner les soins, référence de ressources, assister la famille souvent dépourvue devant la bureaucratie et/ou le fonctionnement des soins à domicile et finalement, permet d’éviter d’épuiser une bonne partie des fonds disponibles pour notre retraite.

Ça consiste en quoi cette assurance ?

L’Assurance Soins de Longue Durée consiste à verser une prestation mensuelle si vous devenez incapable de prendre soins de vous-même en raison d’une maladie chronique, d’une invalidité, d’une déficience cognitive (telle que la démence) ou de toute autre condition liée à l’âge vous empêchant d’accomplir sans aide certaines activités de tous les jours.

Il n’est pas nécessaire que la perte d’autonomie soit permanente ou irréversible. Par exemple, une personne ayant subi un AVC ou une opérationpour le  remplacement d’une hanche pourrait recevoir une indemnité tant et aussi longtemps qu’elle ait besoin d’aide pour accomplir 2 activités de la vie quotidienne (se laver, se déplacer, aller aux toilettes, se nourrir, être continent, s’habiller).

Sachez que cette indemnité (non imposable et généralement indexée au coût de la vie) n’est pas considérée comme un revenu quand vient le temps d’évaluer votre contribution dans un CHSLD et ne nécessite aucune preuve de factures pour confirmer les soins reçus.

L’impact d’une perte d’autonomie sur votre Capital Retraite

La planification de la retraite est habituellement basée sur une condition optimale mais tout pourrait basculer si une perte d’autonomie survenait. Voilà l’une des questions difficiles que nous devons aborder avec vous : Si cela se produit, comment souhaitez-vous que cela se passe ? Si l’un des conjoints devait séjourner dans un établissement de Soins de Longue Durée, et l’autre devrait demeurer à la maison, quel serait l’impact sur vos revenus ?

Voici une illustration conservatrice 1 du Capital Retraite nécessaire pour garantir une rente mensuelle pendant une période donnée :

Montant de « Capital-Retraite » nécessaire pour garantir une rente mensuelle de $ 4 000 pendant 10 ans pour des Soins en Établissement :

$ 571 212

Montant de « Capital-Retraite » nécessaire pour garantir une rente mensuelle de $ 2 000 pendant 5 ans pour des Soins Hors Établissement :

$ 155 055

Montant de « Capital-Retraite » nécessaire pour garantir une rente mensuelle de $ 3 000 pendant 10 ans pour des Soins en Établissement :

$ 428 410

Montant de « Capital-Retraite » nécessaire pour garantir une rente mensuelle de $ 1 500 pendant 5 ans pour des Soins en Établissement :

$ 116 291

D’où l’importance de considérer l’éventualité d’une perte d’autonomie dans la planification de votre retraite !

On souhaite tous ne jamais avoir à vivre cette situation mais face à l’évidence ne serait-il pas souhaitable que nous y soyons préparés ? Nous vous invitons à entamer cette discussion avec vos proches, (parents, conjoint, enfants). C’est une conversation difficile certes, mais importante. Nous sommes là pour en parler, pour vous conseiller. Communiquez avec nous afin que nous puissions discuter de vos besoins, car ceux-ci peuvent varier en fonction de votre situation personnelle.

Voici une série d’articles de la blogueuse Bianca Longpré, ancienne préposée aux bénéficiaires, qui fait réfléchir sur l’importance que l’on accorde à la qualité de vie de nos parents.

http://quebec.huffingtonpost.ca/bianca-longpre/chsld-quotidien-vieillequebecoise_b_7154558.html

Comment (0)

Leave a Comments

Archives